Le paludisme au Népal

lundi 2 juin 2014
par  Consul Honoraire du Népal en France
popularité : 11%

Le paludisme est une maladie parasitaire transmise par la femelle de certains moustiques, les anophèles. Elle est présente dans la plupart des pays tropicaux ou subtropicaux de la planète. L’anophèle ne vivant pas en altitude, le paludisme n’est présent que dans la plaine du sud du Népal, le Téraï, le versant népalais de la plaine du Gange. Ainsi le Népal est un pays très faiblement inpaludé.

Pour les mesures de prophylaxie et de traitement, il est utile de se reporter au "Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire", intitulé "Santé des voyageurs et recommandations sanitaires" rédigé sous l’égide de l’INVS (Institut National de Veille Sanitaire) actualisé chaque année.

LES MOUSTIQUES ANOPHELES VECTEURS DU PALUDISME

Les moustiques responsables de la transmission du paludisme à l’homme appartiennent au genre Anopheles (famille des Culicidae). Une soixantaine d’espèces différentes de ces moustiques véhiculent les parasites Plasmodium responsables de la maladie. En Asie, parmi les anophèles impliqués dans la transmission de la maladie, on peut citer A. stephensi (un moustique "urbain"), A. farauti, A. sinensis, A. tellessarus et A.minimus La vie des moustiques anophèles Les larves de moustiques se développent dans l’eau, 7 à 21 jours (selon la température) s’écoulant entre l’œuf et l’émergence de l’insecte adulte. La production d’œufs par la femelle anophèle est issue d’un accouplement unique, lors duquel elle stocke le sperme du mâle : l’acte final du mâle est en effet d’injecter une substance destinée à bloquer le passage de sperme qui proviendrait d’accouplements ultérieurs. Pour chaque production d’œufs (100 ou plus), c’est à dire tous les 2 ou 3 jours, la femelle doit prendre un repas de sang : elle peut se nourrir, comme le fait le mâle, de nectar ou du jus des fruits, mais le sang est indispensable pour la production des œufs. La ponte a lieu 3 jours après le repas. En période de température élevée, le potentiel reproductif de la femelle anophèle est considérable : ceci constitue un des facteurs majeurs à l’origine du "succès" du parasite du paludisme. La femelle anophèle doit cependant avoir survécu à 4 ou 5 cycles de production d’œufs avant de pouvoir devenir infectante. Sa durée de vie (variable selon les conditions, notamment climatiques) est d’environ un mois. Les moustiques mâles ne piquent pas, et ne transmettent donc jamais le paludisme. Le moustique, le parasite et l’homme Le parasite Plasmodium passe une partie importante de sa vie chez le moustique : ce dernier n’est pas un simple véhicule pour le parasite. Plasmodium évolue en effet sous différentes formes dans l’organisme de l’anophèle : c’est chez l’insecte que s’effectue sa reproduction sexuée, suivie d’une migration des "jeunes" parasites dans les glandes salivaires, ensuite transmis via la salive du moustique à l’hôte humain (voir Le cycle du paludisme dans notre fiche sur le paludisme). Selon les espèces de Plasmodium et la température, 7 à 35 jours sont nécessaires entre l’ingestion par la femelle anophèle de sang humain infecté et l’apparition de nouveaux parasites dans ses glandes salivaires. La durée de vie du moustique est tout à fait cruciale pour la transmission du parasite à l’homme : si l’espérance de vie du moustique est faible, le parasite qu’il héberge n’aura pas le temps d’effectuer son développement. A 30°C, sur une population de femelles anophèles infectées, 70% doivent survivre chaque jour pour qu’au moins 1% soient encore en vie au bout des 10 jours nécessaires à l’accomplissement du cycle du parasite chez le moustique, d’après le Tropical Programme du Wellcome Trust (Grande-Bretagne).


Documents joints

Recommandations sanitaires aux voyageurs (...)

Portfolio

CARTE DU PALUDISME EN ASIE LES ZONES DU PALUDISME SUR LA PLANETE

Navigation

Articles de la rubrique

  • Le paludisme au Népal